Sorry, you need to enable JavaScript to visit this website.

UNE FUTURE POLITIQUE ÉTRANGÈRE EUROPÉENNE COHÉRENTE ET ACTIVE

UNE FUTURE POLITIQUE ÉTRANGÈRE EUROPÉENNE COHÉRENTE ET ACTIVE

L'Union doit influencer son voisinage et le monde en promouvant la paix, la stabilité, la prospérité et la sécurité. Pour obtenir des résultats significatifs, nous avons besoin d'une politique étrangère cohérente et active. Le PDE soutient que l'Union et ses États membres devraient parler d'une seule voix décisive sur les grandes questions du monde actuel . La situation actuelle de politiques faibles ne reflète pas le véritable potentiel de l'Union. Nous devrions réexaminer davantage nos règles internes de prise de décision et d'engagement dans les affaires internationales pour devenir vraiment efficaces et plus respectés, pour transformer l'Union d'une puissance douce en un véritable acteur mondial.

La future politique étrangère européenne devrait être fondée sur un fait crucial : l'Europe n'est pas seulement un continent, pas seulement un espace politique et culturel, pas seulement un espace économique, mais avant tout, l'Europe est un outil mondial de résolution des conflits. C'est ainsi que nous sommes perçus dans le monde entier, et notre politique étrangère doit s'en inspirer. Nous sommes passés d'un « territoire de guerre », avec des « ennemis héréditaires », à une entité démocratique de paix et de développement ayant vocation à être « bâtisseur de paix ».

Dans le monde, les États-Unis restent notre allié et un interlocuteur important, mais nous devons résoudre par le dialogue et la persuasion les questions actuellement soulevées concernant le commerce et les droits de douane. Par ailleurs, la Russie et son rôle dans le monde ne peuvent être négligés. Il y a des aspects de conflit et des aspects de coopération importante entre l'Union et le gouvernement russe sur lesquels nous devrions continuer à travailler avec détermination. Avec les puissances mondiales émergentes, nos accords commerciaux et notre diplomatie active sont essentiels. À cet égard la politique étrangère commune devrait mettre l'accent sur un véritable partenariat Union européenne – Union africaine.

Nos politiques de voisinage doivent par ailleurs être poursuivies avec plus de vigueur. Nous devons ainsi nous engager plus activement avec nos voisins des Balkans occidentaux. Nous devons les convaincre d'abandonner la rhétorique nationaliste, de respecter les relations de bon voisinage, d'adopter sans réserve des normes démocratiques et de réformer leur économie et leur administration.

Le PDE soutient la position de l'Union des Centristes Grecs (ENOSI KENTROON) qui demande que le peuple grec se prononce par referendum, après les élections nationales en Grèce, sur la dénomination définitive de l'ARYM, puisque les Grecs n'ont pas été consultés avant la signature de l'Accord de Prespa.

Sur la situation à Chypre, une solution européenne implique nécessairement le retrait de l’armée turque et des colons de même que l’abolition du système des garanties par les puissances concernées, système qui dans le passé a ouvert la voie à une intervention militaire.

Plus à l’est le gouvernement d’Ankara poursuit une politique agressive à l’extérieur et autoritaire à l’intérieur de ses frontières. Il devrait être clair que toute forme d’agression envers les États membres de l’UE dont Chypre et la Grèce ou des pays non membres tels que la Syrie et l’Irak doit cesser. La Turquie doit reconnaitre la réalité du peuple kurde et lui accorder le degré nécessaire d’autonomie.

Notre partenariat oriental est essentiel, en particulier avec les partenaires avec lesquels nous avons signé des accords d'association (par exemple, l'Ukraine, la Géorgie, la Moldavie), mais aussi avec d'autres partenaires qui ont des besoins et des perspectives différentes (par exemple, l'Arménie, l'Azerbaïdjan, la Biélorussie). De même, notre voisinage méridional, qui est plus diversifié, ne peut être négligé. Nous devons trouver des solutions réalistes et sur mesure pour attirer les pays d'Afrique du Nord et les pays arabes près de nous. L'Union devrait continuer à s'engager dans le processus de paix au Moyen-Orient. Les dimensions orientale et méridionale de notre action extérieure doivent être équilibrées.

IED YDE